Rechercher
  • eabcom5

The New Années Folles or the need for a more poetic world ?

Dernière mise à jour : 31 mars 2021

LEADERS The NEW années folles by Estelle Arielle Bouchet| Estelle Arielle Bouchet reminisces about the artistic movements, escapist attitudes and sense of decadent abandon that defined a new kind of creativity in the decades after the First World War. Might something similar come out of this crisis to boost fashion, literature and art once again? The return of the ‘30s and the need for a more poetic world Beyond the world’s painful reality, a way out exists, in another world, an escapist voyage. Such is surrealism: the uncertain and extraordinary universe of Eluard, Desnos, Soupault, and many others, who, after World War I, were desperate for the rebirth of dreaming and of the new. Like the phoenix that rises from the ashes, the artist appeals to his right to recreate a new world based in France of the winding trenches, of women widowed before they became mothers, of the smell of blood and destruction. It means peering into the “Je est un autre” (I am another) so dear to Rimbaud, in order to invent a new world that allows us to be born again. A world that can express itself through a new art. An art made of flowers, babyish plumpness and lovers’ curves: Art Nouveau. This impulsive need to create life out of the emptiness of the war in Europe from 1914-1918 and later in the US during the stock market crash of 1929, leads artists to long for a parallel world. It’s a time of Dadaism, a time of automatic writing, where words are hidden like streams rushing past the old roots of rational and bourgeois thought. The twenties and thirties make up a great artistic moment, completely against ignorance and savagery, and committed to life. In a dark economic and social context, artists build a world that is alive and colorful. In “La Rûche,” on the hills of Montparnasse, they recreate the world. The building that Eiffel designed for the Exposition Universelle in 1900, from that moment on, was a sanctuary for all the starving artists that went on to become the greatest geniuses in modern painting. Among these, Chagall, exiled from a dying Russia, concentrated on the mysticism of his Jewish origins. Every work of art in his collection was made with intense passion and zeal. But the ‘30s were radically different, even in painting. After 1925, Picasso changed everything with his masterpiece: he would paint unarmed, violent pictures that depict scenes of shapeless and convulsing creatures, all this breeding unconquerable and hysterical rage. The influence of surrealist poets is expressed in painting, through the desire to represent the personal inner hell of the artist. The Far East and the esoteric are in fashion because they make the“other world” auspicious to creation and dreams. Women become magnificent pharaoh-like vestals. Silhouettes taken from Fitzgerald’s “The Great Gatsby,” purified of all excess fat, incredibly long-limbed and refined, dance the fast-paced Charleston until the early morning, fitting in with the “babies.” All this refers to modern figures like Nicole Kidman’s icy chic style. Haircuts are severe, but hats and dresses are beset by novelty: tiaras and precious stones are spread over fabrics and hairstyles. Poiret is aware of his glory and scatters the seeds of a new aesthetic canon that is still alive today. Fashion promotes an androgynous woman and the implication of liberty in movement,such as eliminating corsets, while daring to wear pants, and so forth.Gabrielle Chanel, a few years later, would include the pseudo-feminist – the Diva of Modern Times – in her repertoire, finally freed from the conventional dress shirt. This kind of woman has a good time and can laugh without inhibitions, she bets big money on Monte Carlo’s green felt and she is given over to images of shameless eroticism. A new feminine freedom is found in the emblematic character of Polish painter Tamara Lempicka. The artist lived her life and her loves as she pleased, placing her personal and artistic creation above traditional feminine virtues. Summoned by Rufus Bush, she went to New York in 1929 to paint his fiancée’s portrait. The result was the portrait of an intensely modern woman, that reminds the viewer of Prada’s muses and, because of its play on restraint and curves, perfectly incarnates the Art Deco age. Art Deco gave life to design, which today holds an important place in the international artistic scene. It’s a time of playfulness and light-heartedness. Starting out full of superficiality, it’s an edict to stay aloof, something we find predominantly in today’s modern society as well: couples are not serious, there is no true love, yes to sex but no to love. Glances are fringed with eyeliner, and the elegant woman hides behind her cigarette smoke. She is mysterious and her perfume sometimes takes on the poisonous fragrance of “Fracas” by Robert Piguet, just as today’s Dior offers “Midnight Poison,” but a fragrance that is very far from a Dioresque lily of the valley worn by our grandmothers! Neo-Classicism can be found in the desire for a festive eternity. Some artists, however, concentrate on the uneasiness of the age. The theme of naked feminism is added to a general desire to return to simplicity. As if reacting to the motioning allegorical figure meant to pass on knowledge in the nineteenth century, the feminine figure has reached the peacefulness and fullness of form of an ageless Venus. In Parisian homes, one can fall in love with Renè Lalique’s transparencies. It is all built upon a subtle play on light and shadow, on dream and reality. Fantasy is preferred to elegance, the baroque to sobriety, fun to chastity, as long as no one knows what tomorrow will bring. Visions foreboding the drama of the Second World War? A diverse and uncertain climate that reflects the 2021 we live in and that animates madly virtual world capitals, anthems to multi-ethnic culture and a profound need for world peace. All this in a light-hearted age that can be seen in the humanitarian battles for Tibet and Ouïghours and so many other places in the world for the fight for human rights and Peoples's Dignity. Estelle Arielle Bouchet, CEO, EAB Press Estelle Arielle Bouchet EAB Press & Image Arts Années 30, le Grand Retour ?


Par Estelle Arielle Bouchet




Le retour des années 30 ou l’actuelle nécessité d’un monde poétique et rédempteur



Le tout est de tout dire

et je manqué de mots

et je manqué de temps

et je manqué d’audace,

je rêve et je dévide au hasard mes images,

j’ai mal vécu et mal appris a parler clair.


Paul Eluard



Au-delà du réel lorsqu’il est trop douloureux, il existe une échappatoire, un ailleurs, un voyage, celui du Surréalisme : l’univers talentueux et incertain d’Eluard, de Desnos, de Soupault, de Breton et de tant d’autres qui ont désespérément cherché, à l’issue de la première guerre mondiale, des aspirations renaissantes et nouvelles.

Tel un phénix qui renaît de ses cendres, l’artiste éclairé se doit de re-créer un monde nouveau issu en France des méandres des tranchées, des femmes restées veuves avant même d’être mères, de l’odeur du sang et de la destruction. Il s’agit de pénétrer le “ je est un autre” cher à Rimbaud pour réinventer un monde nouveau qui nous fera renaître et dont la nécessité s’exprime à travers un style en rupture avec l’Art Nouveau, fait de fleurs, de courbes enfantines et de rondeurs amoureuses et dont il a épuré les fioritures : l’Art Déco. Cette exigence impétueuse de créer de la vie dans le néant des guerres, qu’il s’agisse de 14-18 en Europe ou de la crise de 29 aux Etats Unis donne l’occasion d’interpréter un monde parallèle. C’est le temps du Dadaïsme, celui aussi de l’Ecriture automatique où les mots naissent comme des torrents arrachant sur leur passage les racines vieillies de la pensée rationaliste et bourgeoise.

“ Au panier” la guerre et ce que Jacques Prévert qualifiait un peu plus tard dans son poème dédié a Barbara :

“ O Barbara, quelle connerie la guerre…

Et l’homme qui te serrait dans ses bras amoureusement, est-il mort, disparu ou bien encore vivant ? Il pleut sans cesse sur Brest et tout est abîmé, c’est une pluie de deuil terrible et désolée, ce n’est même plus l’orage de fer, d’acier, de sang, tout simplement des nuages qui crèvent comme des chiens, des chiens qui disparaissent au fil de l’eau sur Brest et vont pourrir au loin, au loin, très loin de Brest dont il ne reste rien.”


Les années 30 constituent un extraordinaire ferment artistique engagé exclusivement contre l’inculture et la barbarie et pour la Vie. Dans un contexte socio- économique sombre et pessimiste, les artistes bâtissent un monde coloré et vivant. A la “ rûche”, sur les collines de Montparnasse, ils refont le monde. Cet édifice crée par Eiffel à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1900 abritera désormais les artistes les plus démunis qui deviendront les talents reconnus de la peinture moderne. Parmi eux, Chagall, exilé d’une Russie agonisante, se recentre dans le mysticisme de ses racines hébraïques. Chacun travaille dans son alvéole avec une ferveur et un engouement immenses. Mais les années 30, c’est aussi en peinture, dès 1925 la rupture radicale de Picasso avec son œuvre : il peindra désormais des tableaux très violents mettant en scène des créatures informes et convulsives créant dans une rage hystérique et une colère innommable. Rappelons dans cet esprit deux œuvres majeures : La Femme dans un fauteuil de 1926 et Baigneuse assise de 1930. L’influence des poètes surréalistes s’exprime aussi dans la peinture par cette volonté de représenter de l’intérieur l’enfer personnel.





L’Orientalisme Fitgeraldien

l’inspiration Great Gatsby


Dans un registre plus clément, l’Orient est à la mode car il constitue lui aussi un “ailleurs” propice a la création et a la rêverie. Les femmes deviennent des vestales pharaoniques. Ainsi des silhouettes Fidgeraldiennes à la « Great Gatsby » épurées de leurs adiposités s’exhibent comme aujourd’hui, outrageusement longilignes et raffinées, dansant chaussées de “babies” de frénétiques Charleston jusqu’au petit jour. Tout cela n’est pas sans rappeler des figures modernes au chic glacial comme Nicole Kidman. Les coupes sont rigoureuses mais cheveux et vêtements se parent de nouveaux atours : diadèmes et pierreries se déploient sur les chevelures et les tissus. Poiret connaît une gloire infinie. La mode prône l’androgynie et la liberté qu’elle impose dans le mouvement, on ose le pantalon…Gabriel Chanel puisera dans ce répertoire pseudo féministe avant l’heure pour créer la Diva des Temps modernes toujours en vogue aujourd’hui, libre et définitivement affranchie du carcan des convenances . La femme rit a gorge déployée, joue des fortunes colossales sur les tapis verts de Monte-Carlo. Cette liberté nouvelle de la femme on la retrouve dans la figure emblématique du peintre d’origine polonaise Tamara de Lempicka qui vit sa vie comme elle l’entend et met en avant sa réalisation personnelle en tant qu’artiste sur les vertus traditionnellement féminines. Elle se rend en 1929 à New-York, appelée par Rufus Bush, pour réaliser le portrait de sa fiancée. Un portrait de femme éminemment moderne très semblable aux égéries de Prada et incarnant parfaitement cette époque « Art Déco » à la fois ronde et contenue. A découvrir dans ses pages la collection exclusive de Prada réalisée pour le film Great Gatsby. L’Art Déco donne naissance au Design qui occupe aujourd’hui une place de choix sur la scène de la création artistique internationale.

C’est le temps aussi des princes d’orient en exil. Le Sultan Turc Osman naîtra à Nice six années après l’exil de sa famille. En effet, le 5 mars 1924, un train quitte la gare Sirkui portant avec lui en exil une dynastie ottomane qui a régné pendant plusieurs siècles sur trois continents.

L’heure est au divertissement et à la légèreté. Parti pris de superficialité et de diktat du non-engagement prépondérant également dans notre société moderne : on ne s’engage pas, on n’aime pas, le sexe oui, l’amour non.

Les regards s’ourlent de Khôl, les élégantes s’affublent de fume-cigarettes, La femme est mystérieuse et son parfum revêt parfois les accents vénéneux d’un Fracas de Robert Piguet tout comme aujourd’hui Dior invite au « Midnight Poison » bien loin du Diorissimo au muguet de nos grand-mères !

Le néo-classicisme, cher aux années 30, se retrouve dans cette évocation d’une éternité bienheureuse, certains artistes pressentent cependant pour leur part, l’attente inquiète et diffuse de l’époque. Le thème du nu féminin s’inscrit dans un désir général de retour à la simplicité. En réaction contre la figure allégorique, gesticulante et didactique du XIX°, la figure féminine a désormais la sérénité et la plénitude des formes de Vénus intemporelles. « Je fais souvent - écrit Paul Verlaine - ce rêve étrange et pénétrant d’une femme inconnue et que j’aime et qui m’aime et qui n’est chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre et m’aime et me comprend. Car elle me comprend et son cœur transparent… »

Dans les intérieurs parisiens, on se pâme devant les transparences d’un Lalique ou une panthère noire de Jouve et on s’émeut aussi des femmes aux jambes dévoilées : les robes sont courtes pour l’époque. Tout se situe dans ce jeu subtil de l’ombre et de la lumière, du rêve et de la réalité.

A l’élégance on préfère la fantaisie, oscillant non sans inconstance de la néo-classique sobriété, à l’orientale profusion baroque, de la chasteté à la jouissance car on ne sait de quelle guerre sera fait demain. Vision prémonitoire quand on sait rétrospectivement que l’Europe a été déchirée par une Seconde Guerre mondiale.


Tout un climat hétéroclite et incertain qui est le nôtre en 2021 et qui anime les capitales désertes d’un monde tellement virtuel, en un hymne à la multiethnicité et à un désir profond, cette fois-ci, de Paix universelle qui se manifeste à travers les droits des Ouighours et pour les droits de l’homme trop souvent encore sacrifiés de par le monde et sur l’autel d’une Chine dominante, miroir du matérialisme occidental et du pouvoir que nos boulimiques appétits lui ont concédé.


80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout